Historique

Des liens étroits

Notre pratique du zazen a démarré au sein de l'École d'Escrime Japonaise de St Alban de Roche en septembre 2004, avec l'accord enthousiaste de Serge Degore, responsable de l'école. Elle est encadrée par Vincent Barnier avec l'accord et sous la responsabilité de Pierre Philippon, Butsu'un Ken.

L'AZIA a été créée en 2008 dans la continuité de ce premier groupe et garde un lien étroit avec l'école d'escrime.

Vincent Barnier est un élève de Pierre Philippon et pratique le zen sous sa direction depuis 1988. Il pratique également le sabre japonais sous l'enseignement de Serge Degore depuis 1992 et est lui-même enseignant au sein de l'école.

Une séance zazen a lieu tous les mercredis à 20h45 au dojo de l'école d'escrime japonaise à Saint Alban de Roche.
Les séances du vendredi 19h15, du samedi 8h00 et les dimanches matin (une fois par mois), ont lieu à la maison des associations de l'Isle d'Abeau.
Toutes les séances sont ouvertes aux membres des deux associations.

 

Pierre Philippon a animé une journée d'introduction au zen le dimanche
18 janvier 2009 au dojo de l'école d'escrime japonaise

 

journée zen groupe

 

Pratique du sabre japonais

Trois disciplines sont enseignées à l'école d'escrime japonaise :

Le Iaïdo :

Littéralement "voie de l'être en harmonie". Le pratiquant réalise des katas (séquences de techniques reproduisant un schéma de combat) contre un ou plusieurs adversaires. Il utilise un iaïto (sabre japonais non tranchant) ou un véritable sabre : le katana. Le pratiquant va au fil des ans rendre son adversaire (imaginaire) de plus en plus réel et ainsi rentrer dans une présence et une concentration de plus en plus forte.

Le battodo :

L'adversaire est représenté par un paillon, comme dans le iaïdo le pratiquant réalise des katas mais ceux-ci incluent la coupe réelle du paillon (voir photos ci-dessous).

 

 

Le kenjutsu :

Se pratique à deux, avec des bokkens (sabres en bois). Là encore, il s'agit de katas. On sait donc à l'avance comment attaquer et parer. Plus on avance dans la pratique et plus les attaques vont être portées avec sincérité et réalisme. Elles demanderont donc au partenaire une grande concentration, une vigilance sans faille et une technique de mieux en mieux maitrisée, pour pouvoir parer et contre attaquer avec efficacité. Si cette pratique met en jeu un rapport de force dans une tentative de domination, le but est de progresser dans sa pratique et donc dans la connaissance de soi. "L'adversaire" est alors vu comme un partenaire qui va nous aider dans notre progression, le pratiquant le plus avancé adaptant la force de son attaque à celui qui l'est moins.

Ceci est un bref aperçu, vous pourrez trouver de plus amples explications sur le site de l'École d'Escrime Japonaise.

 

Si le zen et l'escrime sont des voies bien différentes dans leur forme, elles se retrouvent dans leur fondement. Et bien qu'elles soient indépendantes, elles peuvent être tout à fait complémentaires sur un chemin de transformation, de maturation intérieure et de connaissance de soi.